Mister X

MisterX.jpg
 
 

Mister Ex creuse cette particule qui lui tient lieu d’identité. Il donne à lire une écriture gestuelle en focalisation interne : par Mister Ex, à travers Mister Ex, ce solo exprime les traces d’empreintes multiples.

Le corps se présente comme le vecteur d’un passé, celui d’un homme noir aux confluents de la culture occidentale et africaine, le corps s’affirme moteur de son présent en une danse métissée de son héritage jazz et de son inscription contemporaine.

Ce monologue dansé pose ici le mouvement comme passeur vers une identité libre, nourrie de son histoire et de sa pluralité culturelle et dont la facture s’imprègne de toute la singularité; d’une introspection personnelle et intime.

 

LES IDENTITES DE MISTER EX

Identité sociale : identité « objective », le sujet est identifié selon les catégories socioprofessionnelles auxquelles il appartient (sexe, âge…). C’est souvent une identité « prescrite » ou assignée dans la mesure où l’individu n’en fixe pas, ou pas totalement, les caractéritiques.

Identité culturelle : regroupe les règles, les normes et les valeurs que le sujet partage avec sa communauté. l’appartenance à une culture se traduit ainsi par l’adhésion aux normes et valeurs de cette culture.

Identité personnelle : identité « subjective » qui renvoie le sujet à ce qu’il à d’unique, à son individualité. Elle englobe des notions comme la conscience de soi. Cette appréhension de soi s’inscrit dans une dynamique de changement dans la continuïté, d’aménagement des divergences et des oppositions.

 

TRACES VISUELLES : LE SUPPORT VIDEO

De mémoire collective à mémoire personnelle ou transmise : les images sont une mise en contexte d’une individualité ‘animal polistique’ sous la forme morcelée et fragmentaire d’une Histoire passée.
Effet grossissant d’un flux interne.
Quatrième mur physique, le voile de l’écran vidéo se présente comme le rappel de la dimension spectaculaire de la ‘représentation de soi’.

Création 2004.